La data peut-elle sauver l'industrie des services aéronautiques ?

05 février 2021
Industrie

Chaque année, les salons aéronautiques (tel que le China International Aviation and Aerospace Exhibition, plus grand salon Chinois prévu initialement en Novembre 2020) étaient l’occasion pour les compagnies aériennes d’annoncer des prises de commandes record, entraînant avec eux tout le secteur aéronautique.

Le marché de la MRO (Maintenance, Repair, Overhaul) était donc promis à un bel avenir. C’était sans compter sur la crise sanitaire qui a frappé de plein fouet l’ensemble de la filière aéronautique ainsi que l’ensemble de ses acteurs (compagnies aériennes, constructeurs, aéroports, fournisseurs) : faillite, réduction drastiques des programmes des vols et réseaux des compagnies, réduction et/ou immobilisation des flottes mondiales, annulation de commandes, fermeture totale et/ou partielle de terminaux d’aéroports, ce qui a mécaniquement réduit la demande en services aéronautiques.

La priorité pour les compagnies n’est plus de minimiser le temps où leurs avions restent immobilisés grâce aux progrès de la maintenance prédictive, mais de survivre en faisant des économies à grande échelle et en cherchant des liquidités. La croissance d’autres marchés comme le fret ne pourra pas compenser les milliards de pertes sur les vols commerciaux.

Souvent présentées comme le nouvel or noir, les données vont-elles devenir le carburant qui fera redécoller le secteur ?

Résilience, transformation, agilité…et un brin de technologie

Stockage avions Delta Parmi les pistes retenues par les compagnies, le stockage des avions - à court, moyen ou (très) long terme - a très vite été mis en place, avec des milliers d’aéronefs alignés aux abords de pistes de par le monde.

Très vite, le report des opérations lourdes de maintenance discrétionnaire a lui aussi été arbitré pour préserver des liquidités. La mise au rebut des avions les plus coûteux à exploiter est devenue inévitable, au grand regret des fans de l’Airbus A380 (Air France, Emirates, Qatar Airways ont annoncé leur retrait partiel ou total) et du Boeing 747 (British Airways ou KLM ont annoncé leur retrait total), remplacés de force par les avions de dernières générations de type 787 et A350.

Dans ce contexte, les acteurs des services aéronautiques doivent s’adapter, se transformer, revoir leur stratégie pour rester compétitifs et faire face aux réductions des budgets de maintenance. C’est le cas de la société Française Tarmac Aerosave basée à Tarbes, spécialiste du démantèlement d'avions en fin de vie et du stockage d'appareils avec maintien en conditions de vol, qui a récemment annoncé plusieurs millions d’euros d’investissement.

La digitalisation est une tendance de fond, les programmes de transformation s'enchaînent, et l’utilisation du big data et des jumeaux numériques (digital twin) n’est pas nouvelle dans le secteur. Compagnies, motoristes, avionneurs, tous en ont fait un enjeu industriel majeur, attirés par les marges importantes que les services peuvent leur apporter, en plus de la croissance promise de ce marché.

Les économies réalisées ne sont plus à prouver, et les solutions existantes ont su rapidement proposer à leurs clients des innovations adaptées aux nouveaux enjeux. La plateforme Skywise d’Airbus propose par exemple une application pour aider les compagnies à optimiser le stockage de ses avions cloués au sol. Une autre application compare le coût d’une remise en service de tous les aéronefs d’une compagnie, et évalue le meilleur scénario. Ces innovations sont rendues possible grâce à l’analyse de données en masse, et continuent d’être déployées malgré la crise (lancement de Asia Digital Engineering, adoption de Skywise/FOMAX par Corsair).

Chaque vol génère des gigaoctets d’informations, qui sont ajoutés aux petaoctets déjà stockés dans les lacs de données de ces plateformes. Immédiatement exploitables, ces données ont de la valeur ajoutée si l’on en fait bon usage, avec le bon mélange de technologie et d’algorithmie. Par exemple, le démantèlement précoce de nombreux avions va permettre de reconditionner des pièces en quantité, un nouveau paramètre à prendre en compte dans les algorithmes pour adapter les stratégies d’approvisionnement. Les algorithmes deviennent alors l’oracle qui éclaire les industriels.

Winner takes all

Les dernières technologies en matière d’automatisation, d’analyse de données, de maintenance prédictive, d’apprentissage automatique et d’intelligence artificielle, ne pourront pas sauver tous les acteurs du secteur, ni éviter le probable mouvement de consolidation. De plus la transition écologique et les potentiels changements des modes de travail vont faire pression sur le secteur pour accélérer sa mutation.

La mise en œuvre profonde du digital sera un atout majeur pour être compétitif à la sortie de la crise. Le choix de géants américains du digital comme Palantir/Amazon (Skywise – Airbus), et Microsoft (Aviatar – Lufthansa), démontre bien l’importance de faire la course en tête. Les questions sur la confidentialité des données et les enjeux de souveraineté n’ont pas fait le poids face à l’avance des GAFA et du spécialiste de la data analyse au moment du choix.

L’exploitation des données en masse ne se réduit pas au périmètre des services, elle doit être pensée sur la totalité du cycle de vie, de la conception au démantèlement d’un avion. Les données générées continuent à avoir de la valeur au-delà de la fin de vie, puisqu’elles entraînent les algorithmes, et permettent de développer plus vite de nouveaux moteurs, pièces et modèles. Les dysfonctionnements du 737 MAX nous rappellent que la rapidité n’est pas la priorité, mais l’agilité offerte par ces technologies va être la clé pour répondre avec pertinence et efficacité à la demande post-crise.

Le sujet vous intéresse ? Nos experts vous répondent

Guillaume LECHEVALLIER
Guillaume LECHEVALLIER
Directeur du pôle Transport & Industrie

Les nouvelles technologies façonnent l’industrie du futur en une industrie plus agile, plus connectée et plus respectueuse de l’environnement. Notre offre s’appuie sur des consultants expérimentés qui vous accompagnent sur vos problématiques industrielles quelque soit le secteur d’activité pour mettre en place un SI robuste, transparent et modulable.

Partager