Qu’est-ce que les dark stores ?

velo dans la nuit
19 novembre 2021
Retail

Cajoo, Frichti, Glovo, Flink, Dija… ces noms vous sont familiers ? Vous les avez probablement croisés en sortant du travail ou en vous promenant en ville.

Mais oui, souvenez-vous, ils sont souvent aperçus à l’arrière d’un vélo ou d’un scooter, écrit en gros sur un sac de livraison ou bien sur des façades devant lesquelles se bousculent une multitude de coursiers. Ces startups mystérieuses dont nous voyons défiler les logos à toute allure sur des 2 roues ne sont autres que des dark stores en pleine expansion.

Les dark stores sont des magasins dans lesquels on trouve des rayons, mais pas de clients. Le magasin devient un entrepôt et le client est remplacé par un préparateur de commande. Prenons une mise en situation : imaginez-vous un mercredi soir, il est 19h30 et vous venez de vous affaler sur votre canapé, vous êtes exténué par votre journée de travail et n’avez qu’une envie c’est d’aller regarder une série au fond de votre lit. Et là, CATASTROPHE, vous recevez un sms d’amis vous prévenant qu’ils seront bien à l’heure pour dîner à 20h30. Vous avez une heure pour ranger votre appartement, vous laver, faire vos courses et préparer le dîner ! Heureusement, une multitude d’applications de « quick commerce » sont là pour livrer vos courses en 15 minutes voire moins !  Telle est la promesse de ces entreprises.

Mais qui sont les acteurs de ce nouveau système ? Quels processus retrouvons-nous derrière ? Découvrons-les ensemble.

Comme cité plus tôt, de nombreuses startups se sont mises à la livraison de courses :

Gorillaz, startup Berlinoise créée en 2020 et ayant récemment réalisée une levée de fond de 244 millions d’euros. Cajoo, startup française très récente, créée début 2021 qui a déjà réalisé 2 levées de fonds dont la dernière de 40 millions d’euros. Qu’est-ce qui différencie Cajoo de ses concurrents ? Une gamme de produit plus large. Avec plus d’ancienneté sur le marché, Frichti s’est lancé en 2015 dans la livraison de repas à domicile puis, en 2021, l’entreprise prend un nouveau tournant : la livraison de courses à domicile en moins de 15 minutes. Flink, startup berlinoise créée en 2020 promet de meilleures conditions de travail à ses livreurs : ils peuvent venir attendre la prochaine commande à l’entrepôt, au chaud, plutôt que dans la rue. Dija, startup britannique embauche ses livreurs en interne dans ce même but d’amélioration des conditions de travail. Nous pourrions en citer beaucoup d’autres mais arrêtons-nous sur ce qu’elles ont en commun : leur mode de fonctionnement.

Le système des dark stores fonctionne de la façon suivante : tout d’abord, elles possèdent des entrepôts de 200 à 300 m2 au cœur des grandes villes et livrent leurs clients dans un rayon de 2 à 3km. Il y a 3 acteurs clés lors d’une commande :

  • Le client, qui effectue sa commande via une application ;
  • L’opérateur (également appelé picker ou personal shopper) reçoit la commande et est chargé de la préparer dans les plus brefs délais. Pour se faire, il reçoit un itinéraire créé par un algorithme pour récupérer les produits le plus rapidement possible. Il confie ensuite la commande au dernier maillon de la chaîne :
  • Le livreur, qui se charge de l’apporter au client.cc

C’est ainsi que les dark stores réussissent à honorer leur promesse de livraison en moins de 15 minutes.

Quel est le rôle de la data dans tout cela ?

Comme mentionné précédemment, les « pickers » sont aidés par une solution informatique de gestion d’entrepôt qui, comme nous l’explique l’entreprise Mecalux : « génère automatiquement les itinéraires des opérateurs pour optimiser leurs trajets » et ainsi, leur permet de gagner un maximum de temps lors de la réalisation d’une commande.

Ils sont plusieurs à proposer ce type de solution sur le marché :

  • Mecalux ;
  • GenerixGroup ;
  • Reflex in store logistics.

Comme le souligne Johann Ricaut dans une interview pour LSA Conso : « La force de ces plateformes est de traiter toutes ces données liées aux achats, pour constituer des stocks de produits, gérer des approvisionnements et organiser la logistique. Dès lors, les plateformes n’auront plus besoin des magasins ». 

Du point de vue du consommateur, il y a donc deux avantages majeurs : une livraison rapide, sans la contrainte de devoir se déplacer en magasin. Mais quels sont les conséquences de ce nouveau mode de consommation ?

Selon une étude de l’Information Resources Incorporation, la fréquentation des commerces aurait baissé de 41% par rapport à 2019 dans la capitale en 2020, dont 7,5% concernant l’alimentaire. Les dark stores, aussi pratiques soit-ils, participent à cette baisse de fréquentation des lieux de commerces physiques. D’autre part, dans certaines villes, les habitants ont constaté une augmentation des dégradations dans leurs quartiers ainsi qu’un manque de sûreté liés aux allées et venues des livreurs.

Ce nouveau concept comporte aussi bien des avantages négatifs que positifs. Il rejoint la tribu des dark kitchens et des dark entrepôts. Mais que pouvons-nous nous attendre à voir apparaître comme prochain concept ? Le dark fashion ? Nous pourrions imaginer passer une commande de vêtements et la recevoir dans un délai de 15 minutes ! Lors du Marché de l’implémentation commerciale (MAPIC) Etam entend se rapprocher du concept en présentant un nouveau service : proposer à ses clients de commander via le site web et récupérer leurs commandes en click and collect dans l’heure qui suit. Serait-ce le début du quick commerce pour le prêt-à-porter ?

 

Le sujet vous intéresse ? Nos experts vous répondent

Anthony FRESCAL
Directeur des pôles Énergie et Commerce

Dans un secteur en profonde mutation, la transformation numérique a profondément modifié l'expérience client mais aussi la supply chain ou l'importance de la data. Forts de nos expériences dans le domaine, nous accompagnons nos clients : de grands noms du luxe et de la grande distribution.

Nicolas PAOLANTONACCI
Nicolas PAOLANTONACCI
Directeur d’Unité, Directeur de l'Expertise Commerce

Le secteur vit une transformation en passant d'un point de vue product-centric à un point de vue customer-centric. Chez mc2i nous accompagnons nos clients au coeur de leurs problématiques dans une approche qui met l'humain au centre.

Partager
Partager